Mon panier
Fermer l'alternative
Panier

CLEAN BEAUTY : VERS DE NOUVEAUX GESTES BEAUTÉ CLEAN & DURABLES ?

Flèche fine gauche Flèche fine droite
CLEAN BEAUTY : VERS DE NOUVEAUX GESTES BEAUTÉ CLEAN & DURABLES ?

Nos gestes beauté rythment nos journées, et sont des piliers qu’il faut penser de manière plus responsable et durable.

Nos routines beauté sont essentielles: quotidiennes, elles ont un impact sur notre santé et notre environnement. Aujourd'hui, il est temps de les réinventer pour les rendre plus responsables et durables, avec la même promesse d'efficacité.

La Clean Beauty, c'est quoi ? Ce qu’il faut savoir : 

La révolution du clean est un mouvement né d’une prise de conscience des effets néfastes et répétés sur notre santé des composants présents dans les produits alimentaires, les nettoyants ménagers, mais aussi les cosmétiques. Cette tendance de fond est une démarche affirmée par la volonté des marques de faire mieux pour le consommateur, et pour l’environnement; mais aussi, et surtout de la volonté des consommateurs de concevoir et d’acheter des produits du quotidiens plus sains. Mais dans le secteur de la cosmétique, qu’est-ce-qui change vraiment ? 

  • Tout d’abord, la transparence sur la composition des produits cosmétiques, l’origine des ingrédients, les relations des entreprises avec les producteurs (car oui on a le droit d’en savoir plus sur les produits qu’on achète...)
  • La formulation des produits est quant à elle plus “clean”. Les listes d'ingrédients se simplifient et se raccourcissent, les dérivés de la pétrochimie se raréfient, les ingrédients soupçonnés néfastes pour la santé sont , tout en restant aussi efficaces. Attention néanmoins au "cleanwashing": en effet, la cosmétique clean n'est pas réglementée - il faut donc prendre en compte les engagements concrets des marques et ne pas se fier uniquement à un packaging.
  • Au-delà de la formule, les packagings doivent aussi faire preuve de plus de responsabilité : recyclés, recyclables, réutilisables.. L’objectif est de limiter l'impact de nos emballages - quand ceux-là sont nécessaires - sur l'environnement.
  • Les méthodes de conception et de fabrication sont également repensées pour être écoresponsables et limiter l’impact environnemental: eco-conception, usines certifiées Bonnes Pratiques de Fabrication...

Mais les cosmétiques, clean ou non, sont soumis à la réglementation pour l'étiquetage: tous les ingrédients ont un nom international pour que tout le monde puisse s'y retrouver... un comble non quand on regarde le dos des packagings! On vous donne quelques astuces pour vous y retrouver.

Comment décrypter nos étiquettes de cosmétiques ?

 

La nomenclature INCI (International Nomenclature of Cosmetic Ingrédient) enregistre les ingrédients en deux langues uniquement : le latin pour les extraits de plantes et l’anglais pour les molécules et les noms usuels - par exemple Chondrus Crispus Extract en latin qui correspond à un extrait du carragheen (une algue).

Les colorants sont désignés par un code à 5 chiffres. Par exemple, CI 75470 pour le carmin de cochenille (le colorant rouge utilisé pour la formulation des rouges à lèvres qui utilisent le pigment rouges). Enfin, les parfums et compositions parfumantes et aromatiques (ainsi que leurs matières premières) sont regroupés sous le nom « fragrance » ou « parfum », qu'il ne faut pas confondre avec les arômes désignés par la mention "aroma". Ce qui faut aussi savoir, c’est que les ingrédients sur l'étiquette sont mentionnés par ordre décroissant de leur concentration dans le produit fini - mais à partir des concentrations plus basses, l'ordre n'a plus d'importance.


Pour décrypter les étiquettes plus rapidement et facilement, sans être un expert, des applications ou des sites internet comme INCI Beauty, Que choisir? ou Clean Beauty ont vu le jour. Attention cependant à la notation attribuée par ces applications, car elles ne prennent pas encore en compte le pourcentage de chaque ingrédient dans la formulation totale du produit. De plus, la Réglementation européenne protège le consommateur: il faut donc bien prendre le temps d'analyser les informations et les intégrer en fonction de notre mode de vie. En effet, ce qui est signalé par ces applications est le risque d'une exposition prolongée (pour faire une comparaison avec l'alimentaire: l'incidence sur l'organisme de manger un carré de chocolat ou toute la tablette ne sera pas la même...) ou le risque d'allergie - pour les personnes concernées.

Mais dans tous les cas, on le répète: le Règlement Européen et les tests avant la mise sur le marché d'un produit sont très stricts - et c'est tant mieux!

Pour en savoir plus, rdv sur nos réseaux : Instagram, Facebook, Linkedin.

Laisser un commentaire