Mon panier
Fermer l'alternative
Panier

Probiotiques: et si c’était aussi la clé de la bonne humeur?

Flèche fine gauche
Probiotiques: et si c’était aussi la clé de la bonne humeur?

Est-ce que le microbiote pourrait être à l’origine de notre humeur ? Il semblerait que … oui! Et si les mécanismes en jeu n’ont pas encore été clairement identifiés à ce jour, certaines bactéries apparentées à celles qui se situent au niveau des intestins ont été retrouvées directement dans le cerveau!

Quelques définitions d’abord: le microbiote désigne la population de bactéries qui vivent dans et sur le corps humain: ces dernières sont plus nombreuses que les cellules qui nous composent. Des débats existent autour du ratio exact entre bactéries et cellules humaines, mais une chose est sûre: nous sommes plus bactériens qu’humains.

Le deuxième cerveau

De nombreux chercheurs s’intéressent à l’axe “intestin-cerveau” afin de prouver la relation entre le stress, la composition de notre microbiote et le fait que de “mauvaises” bactéries pourraient influencer notre comportement. D’après des études récentes, il existerait en effet un lien direct entre le microbiote intestinal et les mécanismes en jeu dans la régulation de l’humeur. Des expériences menées en laboratoire ont par exemple montré que des souris traitées avec des probiotiques d’une souche dérivée de lactobacilles réduisaient leurs signes d’anxiété ou de dépression (pour rappel: les probiotiques sont de micro-organismes qui, apportées en bonne quantité, ont des effets bénéfiques sur l’équilibre de flore microbienne: ils apportent les éléments essentiels au développement d’une flore bactérienne saine).

Les effets bénéfiques d’un microbiote équilibré sont importants, il faut en prendre soin. Si l’alimentation semble le moyen le plus direct d’agir (il est aujourd’hui certain que les habitudes alimentaires affectent la composition du microbiote à long terme), il faut également regarder du côté de l’écosystème qui colonise notre bouche. Car oui, il y a aussi un lien entre les bactéries intestinales et celles situées dans notre bouche.

Explications: la bouche, après l’intestin, est la partie de notre corps qui renferme la biosphère la plus dense mais aussi la plus diversifiée. D’après le projet Human oral microbiome database lancé en 2010 par un organisme scientifique affilié à Harvard, notre bouche ne contiendrait pas moins de 771 espèces différentes de bactéries et chaque individu en comptabilise entre 250 et 300. Ces bactéries peuvent être de nature protectrice ou destructrice en fonction de l’environnement dans lequel elles évoluent. Bonne nouvelle: plus l’environnement est sain, donc équilibré, plus la “place” est occupée par les bonnes bactéries, ce qui ne laisse pas aux agents pathogènes la possibilité de se développer (un peu comme si quelqu’un voulait s’installer dans une maison déjà occupée). Mais cet équilibre est fragile et peut être affecté, entre autres, par des facteurs tels que le stress, l’alimentation, le tabac ou, évidemment, l’hygiène bucco-dentaire. Rompre cet équilibre équivaut alors à libérer de la place pour les bactéries dites opportunistes (porteuses d’agents pathogènes), à l’origine des affections courantes (caries, gingivites etc).

Autre phénomène: l’ensemble de l’écosystème buccal se retrouve dans la salive que nous ingérons à raison d’un litre et demi par jour (soit plus de 3 gourdes d’eau tout de même!): intuitivement, il semblerait logique que les bactéries, bonnes ou opportunistes, se retrouvent dans l’intestin. Cette intuition a bien été confirmée par le Professeur Masahira Hattori (Université de Waseda au Japon) qui a démontré la relation entre mauvaises bactéries buccales et développement d’inflammations au niveau de l’intestin.

Et comme tout cela est connecté il semblerait également qu’un lien existe entre l’équilibre de l’écosystème buccal et les affections cognitives: certains agents pathogènes pourraient en effet avoir des effets néfastes sur les cellules cérébrales — les études sont en cours.

Si nous résumons: l’équilibre de notre microbiote intestinal joue un rôle sur la régulation de notre humeur de par le canal de communication bilatéral entre intestin et cerveau. La composition et l’équilibre du microbiote intestinal est en partie influencée par l’écosystème présent dans notre bouche. Donc en prendre soin ne peut qu’avoir des effets bénéfiques sur notre santé et en bonus, sur notre humeur: CQFD !

En bref: la solution, c’est l’équilibre

Et pour avoir un microbiote équilibré, cela passe en grande partie par l’alimentation: des fruits et légumes, des fibres, de l’amidon résistant mais aussi des aliments dits probiotiques pour favoriser le développement des bactéries à l’origine du bon fonctionnement du corps et de l’immunité. Ces sources probiotiques vont aider le développement des bonnes bactéries qui, en colonisant l’espace, vont servir de rempart contre les bactéries opportunistes (pathogènes).

Chez jeste, nous suivons de près les recherches associées au microbiote et elles sont de plus en plus nombreuses, avec des résultats étonnants! C’est pourquoi nous avons choisi d’intégrer les probiotiques à l’intérieur de l’ensemble de nos produits. Et d’ailleurs, le premier sera disponible très prochainement… !

Laisser un commentaire